Ma Photo

Mes derniers portraits

Qques livres lus

Mes hommes en 2010


  • Zao 2010-11

  • Zao 2010-08

  • Zao 2010-07

Mes hommes en 2009


  • Alex, 2009

  • Gary II, 2009

  • Zao, 2009

« Notre paradis | Accueil | Et vogue la galère! »

03/10/2011

Commentaires

thierry71

C'est un peu la même chose pour toutes ces grandes manifestations non ? Même près de chez moi un événement très médiatisé fait fuir de plus en plus les locaux... Plein de monde dans les rues mais au final pas moyen de voir quoi que ce soit... Par contre de beaux articles dans la presse et de beaux reportages à la télé...

Tambour Major

Des amis me disaient un peu la même chose pour la Fête des Lumières à Lyon : certes c'est chouette, mais il y a tellement de monde dans les rues que c'en devient désagréable. Aussi il n'y a guère que des touristes dans mon genre pour y aller, les Lyonnais eux restent chez eux ou s'exilent le temps du week-end.

Philoo

Ton billet me laisse un goût bizarre. Pourquoi penser que les banlieusards ont dans leurs gènes le fait de supporter d'être entassés dans le RER. En quoi Paris plage et Nuit blanche seraient dévolus aux banlieusards... En quoi il est important d'être entre soi, entre parisiens ?? Comprends pas. Peut être parce que je suis moi même devenu banlieusard

Patrick Antoine

>Philoo. J'étais certain d'avoir ce commentaire, j'ai même pensé l'anticiper...
Je ne sais pas en quoi les banlieusards ont dans leurs gènes le fait de supporter d'être entassés dans le RER, mais le fait est qu'ils le supportent. Je n'ai jamais entendu parler d'usagers qui faisaient grève pour voyager dans de meilleures conditions.
Je ne sais pas en quoi Paris Plage et Nuit Blanche seraient dévolues aux banlieusards, mais le fait est qu'on n'y croise que des non-parisiens.
Est-ce important d'être entre soi? Je ne sais pas non plus, mais c'est souvent bien plus agréable, et ça correspond un peu beaucoup à la nature humaine (je ne vais pas te faire une thèse sur le communautarisme, non?). Ce week-end par exemple il y avait la Fête des vendanges dans le 18e, mon arrondissement, ça ne fait pas la couverture des journaux, et c'était un week-end festif très agréable.

A contrario si demain il y avait un événement d'envergure nationale qui ferait débarquer dans ton quartier 500 000 personnes surnuméraires, je ne suis pas certain que tu l'apprécierais et que tu ne resterais pas chez toi en attendant que ça se passe... Non?

Philoo

En fait je vis maintenant dans un des coins de France qui accueille le plus de touristes, environ entre 120 000 150 000 visiteurs tous les week-end. Ainsi mon coin de banlieue est joyeusement envahi par des hordes de jeunes qui viennent se fringuer et de riches américains qui viennent se meubler. Et j'aime beaucoup cette ambiance. Par ailleurs j'ai vécu 10 ans à l'intérieur du périph' et j'aimais bien moi que la banlieue et la province viennent un peu me sortir de mon aveuglement de parigo qui achète son thé chez Mariages et ses pompes chez Rautureau. Bref je n'ai jamais eu le sentiment d'un débarquement. Mais plutôt d'un joyeux mélange. Mais je en juge aucunement ton billet, je commente juste :)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.